Les vacances se profilent ! Partez l'esprit léger, bénéficiez de 40% de remise sur vos abonnements. J'y vais

Regroupement des registres pour éviter les coûts et simplifier les démarches administratives

Certaines formalités administratives, chronophages et coûteuses, s’avèrent être un véritable frein à l’entrepreunariat. Un obstacle que le Projet de loi PACTE envisage de lever pour simplifier la création d’entreprise .

Il existe aujourd’hui une multitude de répertoires et de registres destinés à recueillir et diffuser des informations concernant les entreprises. Que l’on songe au répertoire SIRENE, au registre du commerce et des sociétés, au répertoire des métiers, au registre de l’agriculture, le nombre de répertoires et registres peut laisser perplexe. Redondance des informations entre ceux-ci, démarches administratives complexifiées, multiplication des coûts pour les entreprises et le contribuable ont conduit le Ministre de l’économie, Bruno Le Maire, à repenser le système d’immatriculation ou d’inscription.

Une réforme par ordonnances

Le projet de loi Pacte, actuellement en 1ère lecture devant l’AN, ne contient aucune disposition précise relative à la réforme des répertoires et registres. Aux termes de l’article 2 du projet, il appartiendra au gouvernement de simplifier les obligations déclaratives des entreprises par voie d’ordonnance (Procédure de l’article 38 de la Constitution). Toutefois, l’étude d’impact qui accompagne le projet de loi permet d’envisager la création d’un registre général dématérialisé.

Les objectifs

Compte tenu des enjeux soulevés par la question, une mission interministérielle d’inspection a été créée afin de dresser un état des lieux complet des registres d’entreprises, de procéder à une évaluation de la pertinence de l’actuelle organisation, mais aussi de proposer des pistes d’évolution.

Les finalités poursuivies sont la diminution des coûts, la simplification du système d’information légale des entreprises, mais aussi le renforcement de la transparence de la vie des affaires par l’accessibilité aux contenus, conformément aux principes de l’Open Data.

Les pistes envisagées

Les conclusions intermédiaires de la mission interministérielle s’orientent vers la création d’un registre unique, c’est-à-dire un registre général des entreprises. Cette solution implique des mesures telles que la suppression du RCS, la suppression du répertoire national des métiers ou encore la suppression du registre des actifs agricoles. Cette réforme concerne plus de 10,2 millions d’entreprises, lesquelles sont contraintes, à différents moments de leur existence, de déclarer certaines informations.

En savoir plus sur la création d’entreprise simplifiée :

La création d’un registre dématérialisé des entreprises est susceptible d’impacter fortement le régime des annonces judiciaires et légales . Parmi les autres mesures phares du projet, la loi PACTE prévoit de créer un stage de préparation à l’installation d’une entreprise et porte une attention particulière à la promotion de l’artisanat et à la création d’entreprise.

1
Une question sur un produit ?
Nous vous recontactons gratuitement
Je souhaite être rappelé
Un besoin ? Une question ?
Je souhaite être contacté par un commercial
Vous devez cocher la case captcha ci-dessus
Rappelez-moi
Une question sur votre abonnement ? Une facture ?
Notre service client est à votre écoute via notre formulaire ou par téléphone :
Voir les mentions légales

Mentions légales

Les informations comportant un astérisque sont obligatoires pour le traitement de votre demande.

Wolters Kluwer France, en tant que responsable de traitement, met en œuvre des traitements de données à caractère personnel ayant pour finalité le traitement de votre demande ainsi que pour des opérations commerciales.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès, d’interrogation, de rectification, de portabilité, d’effacement de vos données à caractère personnel ou une limitation du traitement vous concernant. [Lire la suite]

Lorsque votre consentement constitue la base légale du traitement, vous disposez du droit de retirer votre consentement, à tout moment, sans porter atteinte à la légitimité du traitement fondé sur le consentement effectué avant le retrait de celui-ci.

Vous disposez également d’un droit de vous opposer à tout moment, pour des raisons tenant à votre situation particulière, à un traitement des données à caractère personnel ayant comme base juridique l’intérêt légitime de Wolters Kluwer France, ainsi que d’un droit d’opposition à la prospection commerciale, y compris le profilage.

Vous disposez en outre du droit de définir des directives spécifiques et générales relatives au sort de vos données personnelles après votre mort. En ce qui concerne les directives générales, elles devront être adressées à un tiers qui sera désigné par Décret.

Vous pouvez communiquer vos directives spécifiques post-mortem et exercer vos droits en vous adressant par courriel à l’adresse dédiée : FR‑rgpd@wolterskluwer.com ou par courrier à WKF (Service Client RGPD, Immeuble EUROATRIUM, 7 Rue Emmy Noether, CS90021, 93588 Saint-Ouen Cedex). Toute demande par courrier postal ou courriel devra, dans certains cas, être accompagnée de la photocopie d’un titre d’identité portant votre signature et préciser l’adresse à laquelle devra vous parvenir la réponse.

Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Pour en savoir plus sur le traitement des données personnelles par Wolters Kluwer France, voir notre politique de confidentialité [ici].

Nous contacter
Nous avons bien reçu votre demande et vous recontacterons dans les meilleurs délais.