Fin d’activité

Les démarches à accomplir pour fin d’activité sont perçues comme disparates et parfois dépourvues de logique, selon l’étude d’impact relative au projet de loi pour la croissance et la transformation des entreprises ou loi PACTE. En effet, il apparaît que certaines procédures administratives ne sont pas harmonisées, notamment s’agissant de la radiation des fichiers administratifs. Par conséquent, le Ministre de l’économie et des finances Bruno Le Maire, prévoit, dans la perspective d’autoriser l’échec pour mieux réussir, de simplifier la procédure de radiation.

Problématique du dispositif de radiation lors de la cessation d’activité

En principe, la fin d’activité de l’entrepreneur individuel implique certaines formalités, lesquelles, si elle ne sont pas accomplies, ne permettent pas la radiation des fichiers fiscaux, ainsi que la radiation de certains fichiers administratifs. Or, il résulte de l’étude d’impact du projet de loi que cette radiation n’a pas de portée générale car le dispositif diffère d’un registre ou répertoire à l’autre.

Tandis que la radiation du régime de sécurité sociale est prononcée d’office pour le travailleur indépendant après deux ans d’inactivité, la radiation du répertoire des métiers est soumise à l’information du Président de la chambre de métiers et de l’artisanat par certaines autorités ou à une condition de mise en demeure. La radiation du RCS dépend, quant à elle, des mentions portées sur la lettre avec demande d’avis réception adressée par le greffier à l’intéressé sur le fondement des obligations déclaratives de cessation d’activité. Enfin, la radiation du répertoire SIRENE, si elle prévoit la radiation d’office des entrepreneurs individuels suivant la décision définitive de radiation de l’organisme de sécurité sociale, reste aussi subordonnée à la radiation préalable d’autres registres.

Solutions retenues par le projet de loi PACTE

Pour pallier ces différentes contraintes, l’article 11 du projet de loi PACTE envisage la suppression de l’obligation de déposer une déclaration de cessation d’activité auprès du centre de formalités des entreprises. Toutefois, il est aussi prévu que l’entrepreneur pourra s’opposer à cette radiation après en avoir été informé, dans un délai fixé par décret en Conseil d’Etat. Par conséquent, la mesure tend à faciliter les démarches des entrepreneurs individuels, radiés de leur organisme de sécurité sociale, en supprimant la procédure de déclaration de cessation d’activité. Il s’agit également de garantir la cohérence des fichiers, afin d’observer une meilleure qualité de service public à l’égard des entrepreneurs.

En savoir plus sur l’échec pour mieux réussir :

La simplification des démarches en fin d’activité est l’une des pierres de l’édifice législatif actuellement discuté devant l’Assemblée nationale. Le texte est ambitieux, puisqu’il prend le parti d’agir tant sur la croissance que sur la transformation du modèle d’entreprises français. C’est pourquoi il contient des mesures tendant à la réforme du droit des sûretés et à la restructuration. Surtout, il imprime une philosophie nouvelle par rapport à l’échec de l’entreprise en facilitant le rebond des entrepreneurs.

1
Une question sur un produit ?
Nous vous recontactons gratuitement
Je souhaite être rappelé
Un besoin ? Une question ?
Je souhaite être contacté par un commercial
Vous devez cocher la case captcha ci-dessus
Rappelez-moi
Une question sur votre abonnement ? Une facture ?
Notre service client est à votre écoute via notre formulaire ou par téléphone :
Voir les mentions légales

Mentions légales

Les informations comportant un astérisque sont obligatoires pour le traitement de votre demande.

Wolters Kluwer France, en tant que responsable de traitement, met en œuvre des traitements de données à caractère personnel ayant pour finalité le traitement de votre demande ainsi que pour des opérations commerciales.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès, d’interrogation, de rectification, de portabilité, d’effacement de vos données à caractère personnel ou une limitation du traitement vous concernant. [Lire la suite]

Lorsque votre consentement constitue la base légale du traitement, vous disposez du droit de retirer votre consentement, à tout moment, sans porter atteinte à la légitimité du traitement fondé sur le consentement effectué avant le retrait de celui-ci.

Vous disposez également d’un droit de vous opposer à tout moment, pour des raisons tenant à votre situation particulière, à un traitement des données à caractère personnel ayant comme base juridique l’intérêt légitime de Wolters Kluwer France, ainsi que d’un droit d’opposition à la prospection commerciale, y compris le profilage.

Vous disposez en outre du droit de définir des directives spécifiques et générales relatives au sort de vos données personnelles après votre mort. En ce qui concerne les directives générales, elles devront être adressées à un tiers qui sera désigné par Décret.

Vous pouvez communiquer vos directives spécifiques post-mortem et exercer vos droits en vous adressant par courriel à l’adresse dédiée : FR‑rgpd@wolterskluwer.com ou par courrier à WKF (Service Client RGPD, Immeuble EUROATRIUM, 7 Rue Emmy Noether, CS90021, 93588 Saint-Ouen Cedex). Toute demande par courrier postal ou courriel devra, dans certains cas, être accompagnée de la photocopie d’un titre d’identité portant votre signature et préciser l’adresse à laquelle devra vous parvenir la réponse.

Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Pour en savoir plus sur le traitement des données personnelles par Wolters Kluwer France, voir notre politique de confidentialité [ici].

Nous contacter
Nous avons bien reçu votre demande et vous recontacterons dans les meilleurs délais.