MON ENTREPRISE
MOI
* Champs obligatoires
Vous devez cocher la case captcha ci-dessus
Je m'abonne

Transitions collectives : « 3 questions » à Nadège Plou, DRH France de Korian

Directrice des ressources humaines France de Korian, Nadège Plou décrypte pour liaisons-sociales.fr comment le groupe spécialisé dans les services et les soins aux personnes âgées s’est emparé du dispositif « Transitions collectives ».

Comment le groupe Korian utilise-t-il le dispositif « Transition collectives » ?

Nous avons utilisé « transition collective » de manière assez simple. En réalité, en France, il nous manque des aides-soignants formés. Nous avions déjà beaucoup œuvré pour faire de l’apprentissage et de la validation des acquis. Donc il fallait que nous trouvions un autre dispositif pour établir une passerelle d’entreprise à entreprise. Donc pouvoir aller chercher des personnes en réorientation professionnelle et les former chez nous. Forcément, « transition collective » était le dispositif le plus adéquat

Quelles sont les spécificités de votre programme « Passerelle » ?

Le programme Passerelle est très spécifique. Il permet à des salariés, actuellement dans d’autres entreprises, d’autres univers, dans le secteur des services ou de la distribution, de pouvoir opérer une reconversion professionnelle. Ils sont détachés chez nous, dans un de nos établissements, pendant 14 mois. Ils bénéficient, en amont, d’un sas d’orientation pour avoir les idées claires sur ce qu’ils veulent faire en qualité d’aides-soignants. Par la suite, ils peuvent être pris en charge pendant 14 mois. Ils seront avec un aide-soignant expérimenté avec un certain nombre de modules de formation en présentiel. Tout ceci les emmènera, au terme de leur formation, à passer devant un jury de validation des acquis et obtenir le diplôme d’aide-soignant diplômée d’un état et, obtenir, à la fin, un CDI dans un de nos établissements.

Comment Korian améliore-t-il l’attractivité de ses métiers ?

Cela fait plus de trois ans que nous travaillons sur l’attractivité des métiers du grand âge.
Nous avons commencé par le contrat social, donc la rémunération de nos équipes. Nous avons également travaillé sur la formation et l’évolution professionnelle, donc la validation des acquis. Elle permet à chacun de gravir les échelons et de pouvoir commencer en bas de l’échelle puis de se destiner à des emplois plus importants dans l’organisation. Le troisième dispositif en cours est la santé et la sécurité au travail. Nous sommes en pleine négociation avec nos partenaires sociaux pour avoir un accord qui permet d’améliorer la santé et la sécurité au travail de nos salariés.