Vous avez aimé cette vidéo ?

Recevez les vidéos suivantes en vous inscrivant à notre newsletter « La semaine RH » de liaisons-sociales.fr !
MON ENTREPRISE
MOI
* Champs obligatoires
Vous devez cocher la case captcha ci-dessus
Je m'inscris

Les informations comportant un astérisque sont obligatoires pour le traitement de votre demande.

Wolters Kluwer France, en tant que responsable de traitement, met en œuvre des traitements de données à caractère personnel ayant pour finalité le traitement de votre demande ainsi que pour des opérations commerciales.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès, d’interrogation, de rectification, de portabilité, d’effacement de vos données à caractère personnel ou une limitation du traitement vous concernant. [Lire la suite]

Lorsque votre consentement constitue la base légale du traitement, vous disposez du droit de retirer votre consentement, à tout moment, sans porter atteinte à la légitimité du traitement fondé sur le consentement effectué avant le retrait de celui-ci.

Vous disposez également d’un droit de vous opposer à tout moment, pour des raisons tenant à votre situation particulière, à un traitement des données à caractère personnel ayant comme base juridique l’intérêt légitime de Wolters Kluwer France, ainsi que d’un droit d’opposition à la prospection commerciale, y compris le profilage.

Vous disposez en outre du droit de définir des directives spécifiques et générales relatives au sort de vos données personnelles après votre mort. En ce qui concerne les directives générales, elles devront être adressées à un tiers qui sera désigné par Décret.

Vous pouvez communiquer vos directives spécifiques post-mortem et exercer vos droits en vous adressant par courriel à l’adresse dédiée : FR‑rgpd@wolterskluwer.com ou par courrier à WKF (Service Client RGPD, Immeuble EUROATRIUM, 7 Rue Emmy Noether, CS90021, 93588 Saint-Ouen Cedex). Toute demande par courrier postal ou courriel devra, dans certains cas, être accompagnée de la photocopie d’un titre d’identité portant votre signature et préciser l’adresse à laquelle devra vous parvenir la réponse.

Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Pour en savoir plus sur le traitement des données personnelles par Wolters Kluwer France, voir notre politique de confidentialité [ici].

Emploi/formation : « 3 questions » à Alain Di Crescenzo, président de CCI France

Alain Di Crescenzo a été élu le 25 janvier dernier président de CCI France, l’établissement national qui fédère les 121 CCI réparties sur l’ensemble du territoire français. Quelle sera sa feuille de route sur les sujets de l’emploi et de la formation ? Faut-il à nouveau réformer la formation professionnelle ? Comment aider les entreprises à mieux recruter ? Telles sont les questions posées par la rédaction de Liaisons Sociales.

Quelle sera votre feuille de route à la tête de la CCI France, notamment sur les sujets de l’emploi et de la formation ?

Avant d’évoquer la feuille de route, il faut savoir ce que pèse aujourd’hui l’emploi – formation par les chambres de commerce. La meilleure vision que je puisse vous donner c’est la vision budgétaire. Aujourd’hui, c’est 41% de nos produits et charges qui correspondent à l’emploi – formation. Et cela correspond à un milliard d’euros chaque année.

Nous avons deux chantiers : l’un sur l’emploi et l’autre sur la formation.

Le chantier sur l’emploi est fondamental et nous avons globalement quatre grandes actions en cours.

  • Outils et entreprise avec des outils tels que des diagnostiques RH. Ensuite avec des bonnes pratiques que nous allons déployer.
  • L’accompagnement sur les métiers d’avenir.
  • Soutenir l’emploi avec une démarche que nous initialisons avec Élisabeth Bornes qui permet de mettre en contact des chômeurs longue durée et des entreprises en tension du point de vue de l’emploi.
  • Faire découvrir les métiers notamment à nos jeunes avec les nuits de l’orientation. C’est une grande opération qui regroupe environs 50 000 jeunes chaque année.

La formation est le deuxième chantier. La formation est aussi fondamentale. L’idée est de dynamiser notre dispositif de formation. Nous sommes le deuxième formateur après l’Éducation Nationale avec un point particulier qui est l’apprentissage sur lequel nous insistons beaucoup. Nous faisons partie des leaders avec 92 000 apprentis que nous formons chaque année. Les résultats que nous avons, qui n’ont jamais été atteint, 713 000 apprentis en 2021 c’est parce que tout le monde a travaillé. Il y a déjà un chantier pour les entreprises, il y a des formations qui sont dispensées comme les chambres de commerce.

Ensuite, la digitalisation de la formation est fondamentale. Le covid nous a beaucoup appris. Aujourd’hui nous avons beaucoup de formations en présentiel. Ce qui est important c’est de digitaliser et il y a des initiatives là-dessus.
Encore une fois je reviens sur l’anticipation. Anticipons les métiers, anticipons les formations.

Faut-il à nouveau réformer la formation professionnelle ?

Faut-il réformer ce qui fonctionne ?
Voyez l’évolution qui a été faite sur l’apprentissage. D’une part, nous avons libéré la formation et monétisé le CPF, d’autre part, nous avons fait de la désintermédiation au niveau de la formation. Aujourd’hui, c’est vraiment la personne qui va avoir une formation qui choisit cette dernière. Ceci est la grande réforme qui a été faite. Je crois qu’il faut continuer là-dessus et simplement regarder s’il n’existe pas de zones d’ombre. Et des zones d’ombre il y en a. Vous savez qu’il y a des entreprises, ente 50 et 300 personnes qui ne sont pas financées par les OPCO. Ce sont ces fameux outils sur lesquels nous voulons insister. Il est fondamental de les aider là-dessus et qu’elles trouvent un moyen de financer leurs formations.

Un autre sujet, que j’ai déjà introduit, est l’orientation. Il faut absolument orienter nos jeunes. Il n’y a pas assez de budget et d’action qui sont mis sur l’orientation alors que c’est fondamental

Enfin, lorsqu’on parle de métiers qui changent, la transition professionnelle est un vrai sujet. Il faut absolument que nous ayons des formations et des initiatives pour faire en sorte pour que la femme et l’homme d’aujourd’hui qui travaille ait plusieurs vies professionnelles puisque les métiers vont changer.

Voilà les éléments que je mettrai en exergue. Ne cassons pas ce qui fonctionne.

Comment aider les entreprises à recruter ?

Il faut absolument que se rencontrent les deux acteurs : la personne qui cherche un emploi et celle qui l’offre. Premièrement, l’initiative avec Élisabeth Borne est une bonne solution.

Deuxièmement, il faut travailler l’offre. Les offres d’emploi, et c’est ce que nous faisons avec diagnostic RH, sont-elles correctement positionnées, sont-elles dans les bons médias etc… Par conséquent, il faut travailler l’offre de façon qu’elle soit perçue.

Le dernier point est qu’il faut travailler l’entreprise. Nous sommes dans un monde qui a changé. Une entreprise qui ne donne pas du sens, qui n’est pas RSE, qui ne partage pas la valeur, a beaucoup moins de chance de recruter qu’une autre entreprise.

Donc, nous avons tout ce système-là qui est un système globalement d’éducation et de pédagogie qu’il faut faire à la fois pour les offreurs, à la fois pour les entreprises et les chambres de commerces sont bien positionnées pour remplir cette mission.

1
Une question sur un produit ?
Nous vous recontactons gratuitement
Je souhaite être rappelé
Un besoin ? Une question ?
Je souhaite être contacté par un commercial
Vous devez cocher la case captcha ci-dessus
Rappelez-moi
Une question sur votre abonnement ? Une facture ?
Notre service client est à votre écoute via notre formulaire ou par téléphone :
Voir les mentions légales

Mentions légales

Les informations comportant un astérisque sont obligatoires pour le traitement de votre demande.

Wolters Kluwer France, en tant que responsable de traitement, met en œuvre des traitements de données à caractère personnel ayant pour finalité le traitement de votre demande ainsi que pour des opérations commerciales.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès, d’interrogation, de rectification, de portabilité, d’effacement de vos données à caractère personnel ou une limitation du traitement vous concernant. [Lire la suite]

Lorsque votre consentement constitue la base légale du traitement, vous disposez du droit de retirer votre consentement, à tout moment, sans porter atteinte à la légitimité du traitement fondé sur le consentement effectué avant le retrait de celui-ci.

Vous disposez également d’un droit de vous opposer à tout moment, pour des raisons tenant à votre situation particulière, à un traitement des données à caractère personnel ayant comme base juridique l’intérêt légitime de Wolters Kluwer France, ainsi que d’un droit d’opposition à la prospection commerciale, y compris le profilage.

Vous disposez en outre du droit de définir des directives spécifiques et générales relatives au sort de vos données personnelles après votre mort. En ce qui concerne les directives générales, elles devront être adressées à un tiers qui sera désigné par Décret.

Vous pouvez communiquer vos directives spécifiques post-mortem et exercer vos droits en vous adressant par courriel à l’adresse dédiée : FR‑rgpd@wolterskluwer.com ou par courrier à WKF (Service Client RGPD, Immeuble EUROATRIUM, 7 Rue Emmy Noether, CS90021, 93588 Saint-Ouen Cedex). Toute demande par courrier postal ou courriel devra, dans certains cas, être accompagnée de la photocopie d’un titre d’identité portant votre signature et préciser l’adresse à laquelle devra vous parvenir la réponse.

Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Pour en savoir plus sur le traitement des données personnelles par Wolters Kluwer France, voir notre politique de confidentialité [ici].

Nous contacter
Nous avons bien reçu votre demande et vous recontacterons dans les meilleurs délais.