Ne prenez pas de risques ! Le contenu de cet article est ancien.
Accédez aux derniers contenus à jour.
Accédez à liaisons‑sociales.fr :
Bénéficiez d'un test gratuit et sans engagement de 7 jours à liaisons‑sociales.fr
Je teste gratuitement
Abonnez-vous au produit au prix de
Je découvre
Bénéficiez d'un test gratuit et sans engagement de 7 jours à liaisons‑sociales.fr
Je teste gratuitement

Fait religieux en entreprise : les restrictions à la liberté de se vêtir

Les rédactions Wolters Kluwer – le 15 septembre 2016

L’employeur peut-il interdire le port du voile islamique, du turban sikh ou de la kippa ?

Nous avons vu concernant la tenue vestimentaire au travail s’applique notamment la liberté de se vêtir. La liberté de se vêtir à sa guise au temps et au lieu de travail n’entre pas dans la catégorie des libertés fondamentales. L’employeur peut donc empêcher le salarié de porter un vêtement ou des insignes religieux si ces restrictions sont dictées par des nécessités d’ordre professionnel, justifiées par la nature des tâches à accomplir et proportionnées au but recherché.

Quelles sont les restrictions possibles au port de vêtements religieux ?

Rappelons que l’obligation de laïcité et de neutralité qui s’impose au sein des services publics ne s’applique pas aux employeurs de droit privé, sous la seule réserve des entreprises en charge de la gestion d’un service public (Cass. soc., 19 mars 2013, no 11-28.845).

À cet égard, le port du voile est considéré comme l’exercice d’une liberté individuelle dans les entreprises privées, de sorte qu’un licenciement intervenu pour ce motif est considéré comme discriminatoire et donc annulé par les juges.

La Haute Juridiction a cependant assoupli ce principe en reconnaissant la possibilité à l’employeur de restreindre la liberté du salarié de manifester ses convictions religieuses en fonction de la nature de la tâche à accomplir et de sa proportionnalité au but recherché (Cass. Ass. Plen., 25 juin 2014, no 13-18.369 – Babyloup). Plus récemment, la Chambre sociale de la Cour de cassation a décidé de surseoir à statuer en soumettant à la Cour de justice de l’union européenne la question préjudicielle de savoir si constitue une exigence professionnelle essentielle et déterminante, en raison de la nature d’une activité professionnelle ou des conditions de son exercice, le souhait d’un client d’une société de conseils informatiques de ne plus voir les prestations de service informatiques de cette société assurées par une salariée, ingénieur d’études, portant un foulard islamique (Cass. soc., 9 avr. 2015, no 13-19.855).

Par ailleurs, s’agissant de la restriction à la liberté individuelle de se vêtir selon son souhait, la jurisprudence admet cette restriction dès lors qu’elle est justifiée par la nature de la tâche à accomplir et proportionnée au but recherché (Cass. soc., 6 nov. 2001, no 99-43.988). Tel est le cas lorsque la tenue du salarié est incompatible avec l’emploi occupé au regard notamment des conditions de travail du salarié (Cass. soc., 12 nov. 2008, no 07-42.222) et des impératifs de sécurité (CE, 16 déc. 1994, no 11-2855). Également, il peut être imposé au salarié de porter une tenue de travail spécifique dans un souci d’hygiène et de sécurité ou de stratégie commerciale (CA Versailles, 21 sept. 1992, no 91-6646 ; CA Montpellier, 21 juin 1990, no 89-845).

Dans la lignée de ces arrêts, doit donc pouvoir être admis le licenciement d’un salarié dont la tenue à connotation religieuse ne respecte pas les règles d’hygiène et de sécurité applicables dans l’entreprise. Toutefois, ceci suppose que l’employeur soit à même de rapporter la preuve de la violation aux règles d’hygiène et de sécurité.

Source : Jurisprudence Sociale Lamy, Nº 413, 5 juillet 2016

En savoir plus sur le port de vêtements autorisés ou interdits au travail :
1
Une question sur un produit ?
Nous vous recontactons gratuitement
Je souhaite être rappelé
Un besoin ? Une question ?
Je souhaite être contacté par un commercial
Vous devez cocher la case captcha ci-dessus
Rappelez-moi
Une question sur votre abonnement ? Une facture ?
Notre service client est à votre écoute via notre formulaire ou par téléphone :
Voir les mentions légales

Mentions légales

Les informations comportant un astérisque sont obligatoires pour le traitement de votre demande.

Wolters Kluwer France, en tant que responsable de traitement, met en œuvre des traitements de données à caractère personnel ayant pour finalité le traitement de votre demande ainsi que pour des opérations commerciales.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès, d’interrogation, de rectification, de portabilité, d’effacement de vos données à caractère personnel ou une limitation du traitement vous concernant. [Lire la suite]

Lorsque votre consentement constitue la base légale du traitement, vous disposez du droit de retirer votre consentement, à tout moment, sans porter atteinte à la légitimité du traitement fondé sur le consentement effectué avant le retrait de celui-ci.

Vous disposez également d’un droit de vous opposer à tout moment, pour des raisons tenant à votre situation particulière, à un traitement des données à caractère personnel ayant comme base juridique l’intérêt légitime de Wolters Kluwer France, ainsi que d’un droit d’opposition à la prospection commerciale, y compris le profilage.

Vous disposez en outre du droit de définir des directives spécifiques et générales relatives au sort de vos données personnelles après votre mort. En ce qui concerne les directives générales, elles devront être adressées à un tiers qui sera désigné par Décret.

Vous pouvez communiquer vos directives spécifiques post-mortem et exercer vos droits en vous adressant par courriel à l’adresse dédiée : FR‑rgpd@wolterskluwer.com ou par courrier à WKF (Service Client RGPD, Immeuble EUROATRIUM, 7 Rue Emmy Noether, CS90021, 93588 Saint-Ouen Cedex). Toute demande par courrier postal ou courriel devra, dans certains cas, être accompagnée de la photocopie d’un titre d’identité portant votre signature et préciser l’adresse à laquelle devra vous parvenir la réponse.

Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Pour en savoir plus sur le traitement des données personnelles par Wolters Kluwer France, voir notre politique de confidentialité [ici].

Nous contacter
Nous avons bien reçu votre demande et vous recontacterons dans les meilleurs délais.