Les vacances se profilent ! Partez l'esprit léger, bénéficiez de 40% de remise sur vos abonnements. J'y vais
Ne prenez pas de risques ! Le contenu de cet article est ancien.
Accédez aux derniers contenus à jour.
Accédez à liaisons‑sociales.fr :
Abonnez-vous au produit au prix de
Je m'abonne Je découvre
Bénéficiez d'un test gratuit et sans engagement de 7 jours à liaisons‑sociales.fr
Je teste gratuitement

Fait religieux en entreprise : la liberté de se vêtir

Les rédactions Wolters Kluwer – le 15 septembre 2016

Les salariés sont-ils libres de porter les vêtements de leur choix ?

La question de la possibilité pour l’employeur d’imposer des interdictions ou des obligations en matière de tenue vestimentaire au travail est fréquemment posée. La liberté de se vêtir à sa guise au temps et au lieu de travail n’entre pas dans la catégorie des libertés fondamentales. L’employeur peut donc empêcher le salarié de porter un vêtement ou des insignes religieux si ces restrictions sont dictées par des nécessités d’ordre professionnel, justifiées par la nature des tâches à accomplir et proportionnées au but recherché.

Le choix du vêtement porté en entreprise : une liberté individuelle, mais pas fondamentale

En principe, le salarié est libre de choisir sa tenue vestimentaire. Il s’agit, en effet, d’une liberté individuelle, reconnue par la Cour de cassation (Cass. soc., 6 novembre 2001, nº 99-43.988 ; Cass. soc., 28 mai 2003, nº 02-40.273) et protégée par le Code du travail, lequel dispose que « nul ne peut apporter aux droits des personnes et aux libertés individuelles et collectives de restrictions qui ne seraient pas justifiées par la nature de la tâche à accomplir ni proportionnées au but recherché » (C. trav., art. L. 1121-1).

Toutefois, pour la Cour de cassation, « la liberté de se vêtir à sa guise au temps et au lieu du travail n’entre pas dans la catégorie des libertés fondamentales » (Cass. soc., 28 mai 2003, préc.). Il en résulte que la liberté vestimentaire ne fait pas partie des libertés dont l’atteinte est sanctionnée par la nullité de la mesure prise. Ainsi, le salarié dont le licenciement a été prononcé en violation de sa liberté vestimentaire ne pourra pas réclamer devant les juges la nullité de son licenciement et sa réintégration dans l’entreprise, mais seulement des indemnités pour licenciement sans cause réelle et sérieuse. La solution est différente si le licenciement repose en réalité sur un motif discriminatoire visé à l’article L. 1132-1 du Code du travail.

L’employeur peut-il intervenir dans le choix de la tenue vestimentaire ?

En vertu de l’article L. 1121-1 du Code du travail, l’employeur peut apporter des restrictions à la liberté vestimentaire du salarié dès lors qu’elles sont justifiées par la nature de la tâche à accomplir et proportionnées au but recherché (Cass. soc., 12 novembre 2008, nº 07-42.220). Les atteintes admises par les juges à la liberté vestimentaire sont, pour la plupart, fondées sur des considérations tenant à l’hygiène, la sécurité, à l’image de l’entreprise auprès de la clientèle ou encore à la décence.

L’employeur peut imposer aux salariés en contact avec la clientèle une tenue correcte et soignée adaptée à leur poste et à l’image de marque de l’entreprise, et sanctionner les salariés qui refusent de se plier à cette injonction.

Des impératifs d’hygiène et de sécurité peuvent également justifier des restrictions à la liberté du salarié de se vêtir. L’employeur peut ainsi exiger d’un ouvrier charcutier qu’il se présente au travail avec une tenue propre.

Dans certaines entreprises, les salariés sont contraints de porter un uniforme ou des vêtements particuliers. Cette obligation peut trouver sa source dans un texte législatif ou réglementaire, un accord collectif, le règlement intérieur ou encore le contrat de travail. Le refus par le salarié de porter la tenue obligatoire l’expose à une sanction disciplinaire, voire un licenciement pour faute grave.

Toutefois, quelle que soit sa source, les juges exercent un contrôle sur la légitimité de cette obligation.

Source : Liaisons Sociales Quotidien – Le dossier pratique, N°103/2015, 10 juin 2015

En savoir plus sur le port de vêtements autorisés ou interdits au travail :
1
Une question sur un produit ?
Nous vous recontactons gratuitement
Je souhaite être rappelé
Un besoin ? Une question ?
Je souhaite être contacté par un commercial
Vous devez cocher la case captcha ci-dessus
Rappelez-moi
Une question sur votre abonnement ? Une facture ?
Notre service client est à votre écoute via notre formulaire ou par téléphone :
Voir les mentions légales

Mentions légales

Les informations comportant un astérisque sont obligatoires pour le traitement de votre demande.

Wolters Kluwer France, en tant que responsable de traitement, met en œuvre des traitements de données à caractère personnel ayant pour finalité le traitement de votre demande ainsi que pour des opérations commerciales.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès, d’interrogation, de rectification, de portabilité, d’effacement de vos données à caractère personnel ou une limitation du traitement vous concernant. [Lire la suite]

Lorsque votre consentement constitue la base légale du traitement, vous disposez du droit de retirer votre consentement, à tout moment, sans porter atteinte à la légitimité du traitement fondé sur le consentement effectué avant le retrait de celui-ci.

Vous disposez également d’un droit de vous opposer à tout moment, pour des raisons tenant à votre situation particulière, à un traitement des données à caractère personnel ayant comme base juridique l’intérêt légitime de Wolters Kluwer France, ainsi que d’un droit d’opposition à la prospection commerciale, y compris le profilage.

Vous disposez en outre du droit de définir des directives spécifiques et générales relatives au sort de vos données personnelles après votre mort. En ce qui concerne les directives générales, elles devront être adressées à un tiers qui sera désigné par Décret.

Vous pouvez communiquer vos directives spécifiques post-mortem et exercer vos droits en vous adressant par courriel à l’adresse dédiée : FR‑rgpd@wolterskluwer.com ou par courrier à WKF (Service Client RGPD, Immeuble EUROATRIUM, 7 Rue Emmy Noether, CS90021, 93588 Saint-Ouen Cedex). Toute demande par courrier postal ou courriel devra, dans certains cas, être accompagnée de la photocopie d’un titre d’identité portant votre signature et préciser l’adresse à laquelle devra vous parvenir la réponse.

Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Pour en savoir plus sur le traitement des données personnelles par Wolters Kluwer France, voir notre politique de confidentialité [ici].

Nous contacter
Nous avons bien reçu votre demande et vous recontacterons dans les meilleurs délais.