Seuils d’effectifs

Fort de constater que le tissu économique français ne compte qu’un trop faible nombre d’entreprises de taille intermédiaire, de petites et moyennes entreprises, le projet de loi PACTE, soutenu par le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, projette d’inverser la tendance pour faire grandir les entreprises.

Dans le viseur de la réforme, les seuils d’effectifs salariés représentent aujourd’hui une source d’anxiété pour le chef d’entreprise. La complexité du système de seuil d’effectif découle du peu de lisibilité de l’environnement juridique interne. L’article 6 du projet de loi PACTE prévoit un allègement des obligations liées aux seuils d’effectifs, afin de lever les freins à l’embauche et à la croissance des entreprises.

Harmonisation des seuils d’effectifs

Des études économiques montrent que les effets de seuils ont une incidence sur l’évolution des entreprises. C’est pourquoi, la réforme envisage de rendre les seuils d’effectifs plus simple à apprécier. Le nouveau dispositif s’appuie sur le modèle du décompte du code de la sécurité sociale, car il est considéré comme plus favorable aux entreprises, mais aussi parce qu’il est déjà utilisé par celles-ci dans le cadre de la déclaration sociale nominative (DSN), obligatoire depuis le 1er janvier 2017.

Dans cette perspective, l’effectif de l’entreprise devrait correspondre à une moyenne appréciée sur l’année civile précédente. Ce mode de calcul est censé garantir la neutralité du statut de l’entreprise dans le décompte de l’effectif, ainsi que l’harmonisation avec la règle habituellement retenue issue des autres législations.

Rationalisation des seuils d’effectifs

Une certaine hétérogénéité affecte les niveaux de seuils d’effectifs. Avec 199 seuils d’effectifs répartis entre 49 niveaux pour les PME et des modes de calcul spécifiques à chaque branche du droit, force est de reconnaître que le système en place est un frein à l’embauche. Aussi, le projet de loi prévoit une simplification des obligations liées aux seuils d’effectifs. Il s’agit notamment de procéder à la suppression des seuils de 10/25/100/150/200 salariés, mais également à la suppression du seuil de 20 salariés, excepté pour l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés.

Par ailleurs, le projet de loi envisage de relever du seuil de 200 au seuil de 250 salariés l’obligation de mise en place d’un local syndical commun et l’obligation de communication aux actionnaires des rémunérations les plus élevées. Il projette aussi la suppression du seuil de 25 salariés concernant la dispense d’obligation du compte bancaire ou postal de l’article L.3262-2 du code du travail.

En somme, le projet de loi Pacte prévoit de modifier les seuils intermédiaires par la suppression du seuil de 10 salariés, la suppression du seuil de 100 salariés, la suppression du seuil de 150 salariés et la suppression du seuil de 200 salariés, pour ne conserver que le seuil de 11 salariés, le seuil de 50 salariés et celui de 250 salariés.

Limitation des effets de seuils

Afin de limiter les effets de seuils, l’article 6 du projet de loi fixe à cinq années consécutives la durée à partir de laquelle le franchissement d’un seuil a une incidence pour les entreprises.

En savoir plus sur comment faire grandir les entreprises :

Les mesures destinées à « faire grandir les entreprises » ont un large spectre. Elles concernent tant la durée des soldes que le renouvellement du cadre juridique des Chambres de commerce et d’industrie. Le projet de loi PACTE entend favoriser les PME à l’export, ainsi que la trésorerie des PME. Enfin, il s’agit d’alléger les contraintes des petites entreprises et des micro-entrepreneurs en relevant les seuils de certification légale des comptes et en supprimant l’obligation d’un compte bancaire.

1
Une question sur un produit ?
Nous vous recontactons gratuitement
Je souhaite être rappelé
Un besoin ? Une question ?
Je souhaite être contacté par un commercial
Vous devez cocher la case captcha ci-dessus
Rappelez-moi
Une question sur votre abonnement ? Une facture ?
Notre service client est à votre écoute via notre formulaire ou par téléphone :
Voir les mentions légales

Mentions légales

Les informations comportant un astérisque sont obligatoires pour le traitement de votre demande.

Wolters Kluwer France, en tant que responsable de traitement, met en œuvre des traitements de données à caractère personnel ayant pour finalité le traitement de votre demande ainsi que pour des opérations commerciales.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès, d’interrogation, de rectification, de portabilité, d’effacement de vos données à caractère personnel ou une limitation du traitement vous concernant. [Lire la suite]

Lorsque votre consentement constitue la base légale du traitement, vous disposez du droit de retirer votre consentement, à tout moment, sans porter atteinte à la légitimité du traitement fondé sur le consentement effectué avant le retrait de celui-ci.

Vous disposez également d’un droit de vous opposer à tout moment, pour des raisons tenant à votre situation particulière, à un traitement des données à caractère personnel ayant comme base juridique l’intérêt légitime de Wolters Kluwer France, ainsi que d’un droit d’opposition à la prospection commerciale, y compris le profilage.

Vous disposez en outre du droit de définir des directives spécifiques et générales relatives au sort de vos données personnelles après votre mort. En ce qui concerne les directives générales, elles devront être adressées à un tiers qui sera désigné par Décret.

Vous pouvez communiquer vos directives spécifiques post-mortem et exercer vos droits en vous adressant par courriel à l’adresse dédiée : FR‑rgpd@wolterskluwer.com ou par courrier à WKF (Service Client RGPD, Immeuble EUROATRIUM, 7 Rue Emmy Noether, CS90021, 93588 Saint-Ouen Cedex). Toute demande par courrier postal ou courriel devra, dans certains cas, être accompagnée de la photocopie d’un titre d’identité portant votre signature et préciser l’adresse à laquelle devra vous parvenir la réponse.

Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Pour en savoir plus sur le traitement des données personnelles par Wolters Kluwer France, voir notre politique de confidentialité [ici].

Nous contacter
Nous avons bien reçu votre demande et vous recontacterons dans les meilleurs délais.