Micro-entrepreneurs

L’idée de faire grandir les entreprises n’est pas nouvelle. En atteste la création par la loi n° 2008-776 du 4 août 2008 de modernisation de l’économie du régime des micro-entrepreneurs. Le législateur souhaitait ainsi faciliter la création d’entreprise en allégeant les formalités et en supprimant notamment les freins administratifs. Après dix années d’existence, apparaissent de nouveaux obstacles que le projet de loi PACTE, déposé par le ministre de l’économie et des finances Bruno Le Maire, se propose de lever.

L’obligation d’un compte bancaire dédié à l’activité professionnelle

La loi n° 2014-1554 du 22 décembre 2014 de financement de la sécurité sociale pour 2015 a mis à la charge du micro-entrepreneur l’obligation de détenir un compte bancaire dédié à son activité professionnelle. Bien que cette obligation ait été aménagée par la loi n°2016-1691 du 9 décembre 2016, laquelle accorde un délai de 12 mois au micro-entrepreneur pour l’ouverture dudit compte, celle-ci demeure une charge administrative et financière notamment pour les activités modestes ou qui peinent à se développer. En effet, plus de la moitié des micro-entrepreneurs génèrent un chiffre d’affaires annuel inférieur à 1000 euros, auquel ils doivent déduire, en moyenne, 240 euros de frais bancaires.

Suppression de l’obligation de l’ouverture d’un compte bancaire dédié à l’activité professionnelle (CA inférieur à 5000 €)

L’article 12 du projet de loi PACTE prévoit la suppression de l’obligation de l’ouverture d’un compte bancaire dédié pour les micro-entrepreneurs dégageant un chiffre d’affaires annuel inférieur à 5000 euros. Il s’agit de dispenser certains créateurs d’entreprises dégageant un faible chiffre d’affaires des coûts liés au fonctionnement du compte bancaire.

Cette mesure concerne les micro-entrepreneurs dont le chiffre d’affaires hors taxes est inférieur à 5000 euros et qui ne dépassent pas ce seuil pendant deux années civiles consécutives.

Indemnisation des travailleurs indépendants

Les avantages conférés aux entrepreneurs par le projet de loi PACTE viennent s’ajouter à ceux déjà mis en œuvre par d’autres dispositifs récents. C’est le cas de l’instauration de l’indemnisation des travailleurs indépendants en cas de cessation d’activité et de l’indemnisation des travailleurs indépendants en cas de liquidation judiciaire par la loi 2018-771 du 5 septembre 2018 relative à l’Avenir professionnel. Par conséquent, à compter du 1er janvier 2019, les travailleurs indépendants bénéficieront d’une indemnisation en cas de période de chômage, dans certaines conditions.

En savoir plus sur comment faire grandir les entreprises :

La suppression de l’obligation de compte bancaire est une mesure tendant à la simplification de la création d’auto-entreprises. Elle s’inscrit dans une volonté plus large de transformation de l’entreprise, puisque le projet de loi PACTE modifie tant les missions des chambres de commerce et d’industrie que les seuils d’effectifs et les seuils de certification légale des comptes. Par ailleurs, une large place est faite aux PME à l’export, à la trésorerie des PME, ainsi qu’à la durée des soldes.

1
Une question sur un produit ?
Nous vous recontactons gratuitement
Je souhaite être rappelé
Un besoin ? Une question ?
Je souhaite être contacté par un commercial
Vous devez cocher la case captcha ci-dessus
Rappelez-moi
Une question sur votre abonnement ? Une facture ?
Notre service client est à votre écoute via notre formulaire ou par téléphone :
Voir les mentions légales

Mentions légales

Les informations comportant un astérisque sont obligatoires pour le traitement de votre demande.

Wolters Kluwer France, en tant que responsable de traitement, met en œuvre des traitements de données à caractère personnel ayant pour finalité le traitement de votre demande ainsi que pour des opérations commerciales.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès, d’interrogation, de rectification, de portabilité, d’effacement de vos données à caractère personnel ou une limitation du traitement vous concernant. [Lire la suite]

Lorsque votre consentement constitue la base légale du traitement, vous disposez du droit de retirer votre consentement, à tout moment, sans porter atteinte à la légitimité du traitement fondé sur le consentement effectué avant le retrait de celui-ci.

Vous disposez également d’un droit de vous opposer à tout moment, pour des raisons tenant à votre situation particulière, à un traitement des données à caractère personnel ayant comme base juridique l’intérêt légitime de Wolters Kluwer France, ainsi que d’un droit d’opposition à la prospection commerciale, y compris le profilage.

Vous disposez en outre du droit de définir des directives spécifiques et générales relatives au sort de vos données personnelles après votre mort. En ce qui concerne les directives générales, elles devront être adressées à un tiers qui sera désigné par Décret.

Vous pouvez communiquer vos directives spécifiques post-mortem et exercer vos droits en vous adressant par courriel à l’adresse dédiée : FR‑rgpd@wolterskluwer.com ou par courrier à WKF (Service Client RGPD, Immeuble EUROATRIUM, 7 Rue Emmy Noether, CS90021, 93588 Saint-Ouen Cedex). Toute demande par courrier postal ou courriel devra, dans certains cas, être accompagnée de la photocopie d’un titre d’identité portant votre signature et préciser l’adresse à laquelle devra vous parvenir la réponse.

Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Pour en savoir plus sur le traitement des données personnelles par Wolters Kluwer France, voir notre politique de confidentialité [ici].

Nous contacter
Nous avons bien reçu votre demande et vous recontacterons dans les meilleurs délais.