Ne prenez pas de risques ! Le contenu de cet article est ancien.
Accédez aux derniers contenus à jour.
Accédez à liaisons‑sociales.fr :
Abonnez-vous au produit au prix de
Je m'abonne
Bénéficiez d'un test gratuit et sans engagement de 15 jours à liaisons‑sociales.fr
Je teste gratuitement

446-8 Rupture de la période d’essai

Le Lamy paye
Partie 4 –
Traitement des incidents
Embauche et rupture du contrat de travail
Etude 446 –
Cas particuliers de rupture
Section I –
Période d’essai

446-8 Rupture de la période d’essai

a) Absence de formalisme

Les dispositions relatives au licenciement ne s’appliquent pas à la période d’essai (C. trav., art. L. 1321-1). Autrement dit, sauf disposition contraire de la convention collective ou du contrat :

  • —  il peut être mis fin à la période d’essai sans avoir à respecter une procédure particulière ; pour des questions de preuve, il est toutefois conseillé de notifier la rupture soit par lettre recommandée avec AR, soit par lettre remise en main propre dont un double signé avec mention de la date de remise ;
  • —  l’employeur n’a pas à justifier du motif de sa décision (voir toutefois no 446-9, le cas du salarié victime d’un accident du travail).

La convention collective dont relève l’entreprise peut imposer un formalisme précis et notamment une confirmation écrite de la rupture de la période d’essai, prescription qu’il est alors impératif de respecter. Un employeur a ainsi été condamné à verser des dommages-intérêts pour n’avoir pas respecté ce formalisme à la lettre (Cass. soc., 17 oct. 2007, no 06-44.388).

b) Délai de prévenance

Un délai de prévenance est obligatoire depuis la loi précitée du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail. Ce délai varie en fonction de la durée de période d’essai accomplie et de l’auteur de la rupture.

Rupture par l’employeur. — Le délai de prévenance ne peut être inférieur à (C. trav., art. L. 1221-25) :

  • —  24 heures en deçà de huit jours de présence ;
  • —  48 heures entre huit jours et un mois de présence ;
  • —  deux semaines après un mois de présence ;
  • —  un mois après trois mois de présence.

Ces délais sont applicables aux CDD stipulant une période d’essai d’au moins une semaine.

Selon l’article L. 1221-25 du Code du travail, la période d’essai, renouvellement inclus, ne peut être prolongée du fait du délai de prévenance.

En cas de non-respect du délai légal de prévenance, l’employeur peut être condamné à verser au salarié une indemnité compensatrice dont le montant correspond au salaire qui aurait dû être versé jusqu’à la fin du préavis non effectué.

La Cour de cassation a considéré que la rupture par l’employeur du contrat de travail, sans respect du délai de prévenance, mais avant le terme de la période d’essai, ne s’analysait pas en un licenciement ; en l’espèce, l’employeur, tenu à un délai de prévenance d’un mois, avait versé au salarié une indemnité compensatrice équivalente à un mois de salaire (Cass. soc.,23 janv. 2013, no 11-23.428).

S’agissant d’un délai de prévenance conventionnel ou contractuel, il a été jugé que, sauf disposition contraire de la convention collective ou du contrat, il n’est pas nécessaire que l’intégralité de celui-ci se déroule pendant la période d’essai (Cass. soc., 11 oct. 2000, no 98-45.170 ; Cass. soc., 9 janv. 2008, no 06-45.100). Il importe seulement que la rupture soit notifiée avant la fin de la période d’essai à charge pour l’employeur de verser une indemnité compensatrice si le délai de prévenance expire après le terme de la période d’essai (Cass. soc., 11 oct. 2000, no 98-45.170). À cet égard, la date de rupture de la période d’essai est celle à laquelle l’employeur a manifesté sa volonté de rompre le contrat et non celle à laquelle le salarié a été informé. Concrètement, si l’employeur envoie une lettre recommandée, c’est la date d’envoi de cette lettre qui importe et non sa date de présentation au salarié (Cass. soc., 11 mai 2005, no 03-40.650 ; Cass. soc., 28 nov. 2006, no 05-42.202 ; Cass. soc., 9 janv. 2008, no 06-45.100).

Rupture par le salarié. — Le salarié qui prend l’initiative de rompre la période d’essai doit respecter un délai de prévenance égal à (C. trav., art. L. 1221-26) :

  • —  24 heures si sa durée de présence dans l’entreprise est inférieure à huit jours ;
  • —  48 heures à partir de huit jours de présence.

Si la convention collective ou le contrat prévoit un délai de prévenance, celui-ci ne s’applique que s’il est plus favorable pour le salarié que celui prévu par la loi, c’est-à-dire :

  • —  plus long si c’est l’employeur qui rompt la période d’essai ;
  • —  plus court si c’est le salarié qui prend l’initiative de la rupture.

Point de départ du délai de prévenance. — La loi ne le précise pas. Il est toutefois logique, comme pour le préavis de licenciement, de le faire courir dès la notification de la rupture par l’employeur. Si la décision de l’employeur est notifiée par lettre recommandée avec AR, le point de départ du délai de prévenance sera donc la date de sa première présentation au salarié.

S’agissant d’un délai de prévenance conventionnel, il a été jugé que si la rupture est notifiée oralement puis fait ensuite l’objet d’une confirmation écrite par lettre recommandée avec AR, le point de départ du délai de prévenance est le jour où le salarié a été informé oralement de la décision de l’employeur (Cass. soc., 18 déc. 2007, no 06-44.799).

1
Une question sur un produit ?
Nous vous recontactons gratuitement
Je souhaite être rappelé
Un besoin ? Une question ?
Je souhaite être contacté par un commercial
Vous devez cocher la case captcha ci-dessus
Rappelez-moi
Une question sur votre abonnement ? Une facture ?
Notre service client est à votre écoute via notre formulaire ou par téléphone :
Voir les mentions légales

Mentions légales

Les informations comportant un astérisque sont obligatoires pour le traitement de votre demande.

Wolters Kluwer France, en tant que responsable de traitement, met en œuvre des traitements de données à caractère personnel ayant pour finalité le traitement de votre demande ainsi que pour des opérations commerciales.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès, d’interrogation, de rectification, de portabilité, d’effacement de vos données à caractère personnel ou une limitation du traitement vous concernant. [Lire la suite]

Lorsque votre consentement constitue la base légale du traitement, vous disposez du droit de retirer votre consentement, à tout moment, sans porter atteinte à la légitimité du traitement fondé sur le consentement effectué avant le retrait de celui-ci.

Vous disposez également d’un droit de vous opposer à tout moment, pour des raisons tenant à votre situation particulière, à un traitement des données à caractère personnel ayant comme base juridique l’intérêt légitime de Wolters Kluwer France, ainsi que d’un droit d’opposition à la prospection commerciale, y compris le profilage.

Vous disposez en outre du droit de définir des directives spécifiques et générales relatives au sort de vos données personnelles après votre mort. En ce qui concerne les directives générales, elles devront être adressées à un tiers qui sera désigné par Décret.

Vous pouvez communiquer vos directives spécifiques post-mortem et exercer vos droits en vous adressant par courriel à l’adresse dédiée : FR‑rgpd@wolterskluwer.com ou par courrier à WKF (Service Client RGPD, Immeuble EUROATRIUM, 7 Rue Emmy Noether, CS90021, 93588 Saint-Ouen Cedex). Toute demande par courrier postal ou courriel devra, dans certains cas, être accompagnée de la photocopie d’un titre d’identité portant votre signature et préciser l’adresse à laquelle devra vous parvenir la réponse.

Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Pour en savoir plus sur le traitement des données personnelles par Wolters Kluwer France, voir notre politique de confidentialité [ici].

Nous contacter
Nous avons bien reçu votre demande et vous recontacterons dans les meilleurs délais.